Zoé SHEPARD : Absolument débordée, ou le paradoxe du fonctionnaire

absoluementdebordee_opt

 

Le paradoxe du fonctionnaire, c’est intéressant comme entrée en matière. Ah ! Les fonctionnaires ! Cette tribu étrange et diverse, il y a tellement de choses à dire sur eux. Et d’ailleurs, qu’y a-t-il à dire ?

Ce sont des bons à rien ! C’est sûr, que les concours de la fonction Publique sont réputés être très simples, très accessibles. Il suffit de demander un retour d’expérience à tous ceux qui ont échoué à cet exercice. Il y a beaucoup d’appelés, peu d’élus et, a priori, ces derniers ne sont pas les mauvais.

Ils ne font rien ! Vraiment ? Avec le postulat de base qui consiste à ne remplacer qu’un fonctionnaire sur deux, c’est difficilement possible de ne rien faire. Et dire cela à l’enseignant qui doit gérer trente enfants par classe, c’est de la cécité.

Bon, trêve de plaisanterie. Zoé SHEPARD est dans cette mouvance : le dénigrement sans construction. Mais pourquoi, cette brillante jeune femme a-t-elle choisi de passer le concours d’administrateur (et donc d’intégrer la haute fonction publique) ? Passer ce type de concours est un choix, la fonction publique territoriale en est un autre. Alors ? Rien, silence.

Entrons dans les missions du fonctionnaire et de son univers : le cabinet des élus, la secrétaire limitée, la cadre avec (forcément) les dents qui raillent le plancher… Des caricatures de n’importe quelle organisation. Cette critique n’apporte pas grand-chose, à personne.

Aucun système n’est parfait et la Fonction Publique ne l’est pas moins qu’un autre. Mais il est sans doute dommage de relever les dysfonctionnements et de les souligner grossièrement sans rien proposer en retour. Surtout quand on fait partie de « l’élite » de la haute Fonction Publique.

De plus, il est assez amusant de constater que Zoé SHEPARD est tout étonnée d’avoir été sanctionnée par son administration. Elle a simplement oublié le fameux devoir de réserve… Ce qui ne l’a pas empêché de réintégrer sa collectivité d’origine et d’écrire, de nouveau, un livre deux ans plus tard sur le même thème. Bravo ! Elle a au moins trouvé un moyen de palier les petits salaires des administrations publiques… au moins le sien. En tout cas, elle n’est pas à une incohérence près.

Ce livre se lit vite. Tant mieux, on passe rapidement à autre chose.

 

Broché: 304 pages

Éditeur : ALBIN MICHEL

Autre livre sur le même thème sur Lirez-vous ? :

Marie-Laure DELORME : Les allées du pouvoir

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × quatre =



Pin It on Pinterest

Share This
Une newsletter conçue pour vous !

Une newsletter conçue pour vous !

Vous aimez lire ?

 

Vous avez envie de découvrir des livres formidables ?

 

 

 

Téléchargez immédiatement et gratuitement les fiches des "60 livres à lire absolument" (format pdf) et recevez notre newsletter chaque semaine :

You have Successfully Subscribed!