Docteur Frédéric SALDMANN : On s’en lave les mains

on-s-en-lave-les-mains

 

La médecine a fait des progrès prodigieux depuis plus d’un siècle. Pour autant, des pathologies presque disparues refont leur apparition. D’autres surviennent en étant plus virulentes. A mesure que la médecine progresse, les mesures élémentaires d’hygiène s’oublient.

On s’en lave les mains de Frédéric SALDMANN ou un autre regard sur les dangers du quotidien

Le lavage des mains régulier est une des mesures de base de l’hygiène personnelle et collective. Sortir des toilettes sans le passage par la case « lavabo/savon/rinçage/essuyage » c’est s’exposer à être contaminé par toutes sortes de germes et bactéries, mais aussi contaminer les autres.

Beaucoup de petits maux peuvent être largement limités en appliquant des réflexes simples dans la vie de tous les jours. Ces mesures essentielles permettent d’éradiquer les « mini foyers infectieux ». Ces moyens, comme le lavage régulier des mains, sont connus de tous mais pas toujours appliqués consciencieusement. Les mesures simples d’hygiène peuvent se concrétiser, par exemple, par l’aération au minimum une fois par jour toutes les pièces de la maison pour chasser la pollution de l’air intérieur. L’air des habitations est en effet extrêmement pollué par des produits chimiques ou des spores de champignons (moisissures) responsables de maladie respiratoires, parfois gravissimes. Cela peut-être également de se déchausser en arrivant dans une maison pour éviter de transporter les germes de l’extérieur au sein même de nos habitations. Et cela peut aussi se concrétiser en arrêtant de se saluer en se serrant la main… une révolution dans les usages des Européens mais une évidence pour les Japonais ou les Américains.

Frédéric SALDMANN : On s’en lave les mains, un livre qui fait peur !

L’avantage du livre de Frédéric SALDMANN est qu’il condense toutes les mesures élémentaires pour avoir une hygiène personnelle et collective irréprochable. L’inconvénient majeur, c’est qu’au fil des pages, une paranoïa aigüe guette le lecteur. Le risque est partout et en plus, il ne se voit pas. Un streptocoque, des virus, la listéria, des œufs ou des larves sont aussi redoutables pour la santé des personnes qu’invisibles pour l’œil humain. Les menaces bactériologiques avancent masquées, il est donc d’autant plus facile d’oublier les moyens de lutter contre elles. Et cela ne passe pas forcément par des produits détergents surpuissants… qui peuvent se révéler toxiques.

Il est donc important pour tout à chacun d’intégrer des mesures d’hygiène convenables au quotidien et plus encore quand le système immunitaire est fragilisé comme c’est le cas pour les personnes atteintes de maladies graves (cancer, VIH, …), pour les nourrissons ou les personnes âgées.

Le livre de Frédéric SALDMANN est un bon rappel des bases de l’hygiène et ça ne peut pas faire de mal.

Détails du livre de Frédéric SALDMANN : On s’en lave les mains

Broché: 306 pages, Éditeur : Flammarion (20 mars 2007), Collection : PRATIQUE (TB), ISBN-10: 2081203065

 

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici trois autres articles de trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − douze =


Une newsletter conçue pour vous !

Une newsletter conçue pour vous !

Vous aimez lire ?

 

Vous avez envie de découvrir des livres formidables ?

 

 

 

Téléchargez immédiatement et gratuitement les fiches des "60 livres à lire absolument" (format pdf) et recevez notre newsletter chaque semaine :

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This