Françoise HARDY : L’amour fou

lamourfou_opt

 

Il faut bien un peu de folie pour vivre (ou lire) cette histoire. L’amour y est, ici, synonyme de douleur, frustration, perversité (pas sexuelle mais relationnelle), manipulation. Comment un être qui a passé les affres de l’adolescence peut à ce point s’engouffrer dans cette aventure et vouloir vivre avec un autre aussi lointain ? Sa distance, son imperméabilité permet un processus de sublimation qui donne à penser que le personnage principal ne vit que pour une chimère, une figure mythique fascinante mais monstrueuse qui n’existe pas. Comment justifier une attitude aussi sadique de la part de l’être aimé ? Sans doute, par une sensibilité exacerbée si on en croit la principale intéressée – ou victime. Peut-être par une indifférence ou un mal-être qui doit être très rassurant quand on réussit à transmettre cet état aussi facilement à ses proches.

 

Le livre tourne autour de l’attente de l’une, de la prise de distance de l’autre, voire d’une certaine humiliation. C’est dommage de prendre les miettes jetées généreusement par l’un, pour des pépites d’or. C’est triste et cela d’autant plus que cette situation est attisée, voulue, désirée par la personne qui souffre en laissant à penser que l’amour est proportionnel à la souffrance. Or, a priori, quand on aime, on ne fait pas souffrir l’autre. Il y a des évidences comme ça.

Bref, ce livre n’incite pas à une certaine légèreté et on ne peut espérer pour l’auteur, qu’il ne s’agisse que d’une fiction, car cette vie ne fait pas envie.

 

Découvrez les catégories Coup de cœur et tous les romans de Lirez-vous ? :

 

Extrait(s) :

P51 : « Peut-être souffrirait-elle un jour de moins souffrir »

P55 : « Oui, il vivait depuis un certain temps avec la femme qui l’accompagnait… Il l’avait rencontrée avant elle… On peut dire que, d’une certaine façon, il en était amoureux… Il importait qu’elle reste dans l’ignorance de ce qui avait eu lieu entre eux… »

(…) « Il se buta à son tour jusqu’à ce qu’il lâche, comme on se rend, qu’il était faible. Là encore, elle était trop sur le coup du bouleversement provoqué par ses déclarations précédentes pour donner à cet aveu crucial l’attention qu’il méritait. »

P65 : « Il lui fallait bien admettre que les disparitions, silences et refus obstinés de X. avaient intensifié son attirance pour lui. »

P162 « Je me disais que tu étais l’homme le plus désirable, le plus aimable au monde, mais que n’importe laquelle des femmes susceptibles de te plaire te troublerait davantage que moi qui t’étais la plus acquise de toutes. »

 

 

 

Broché: 192 pages

Editeur : ALBIN MICHEL (31 octobre 2012)

Collection : LITT.GENERALE

Langue : Français

ISBN-10: 222624431X

ISBN-13: 978-2226244314

 

Envie de poursuivre votre lecture ?
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Une newsletter conçue pour vous !

Une newsletter conçue pour vous !

Vous aimez lire ?

 

Vous avez envie de découvrir des livres formidables ?

 

 

 

Téléchargez immédiatement et gratuitement les fiches des "60 livres à lire absolument" (format pdf) et recevez notre newsletter chaque semaine :

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This